Fragments

SAUDADE ~ souvenir d’un temps révolu.

[ SAUDADE : Le désir nostalgique d’être de nouveau près de quelque chose ou de quelqu’un dont la distance nous sépare, ou qui a été aimé puis perdu ; “l’amour qui reste”.]

Je pensais ne jamais avoir à vivre la fameuse scène de l’aéroport, comme dans ces films, et pourtant… Aujourd’hui on en est là.

Il ne nous reste qu’une heure avant la grande séparation. 

Que pouvons-nous faire?

Devons-nous profiter de ces dernières minutes qui s’écouleront comme des secondes?

Devons-nous nous remémorer en une heure une histoire d’amour de six mois? Ou déjà tenter de faire comme si nous n’existions plus, et que ce « nous » avait déjà disparu?

Je ne sais pas. Et toi non plus. 

Alors, on fait ce qu’on n’a cessé de faire ces six derniers mois : toi contre moi, je me love dans tes bras et tu caresses mes cheveux. Je n’ai pas besoin de plus pour me sentir à la maison, combien même bientôt je me retrouverais sans repères.

Notre temps est écoulé, alors on capitule et on se laisse aller. Les mots sont superflus désormais, seuls comptent les gestes : c’est de ça qu’on se rappellera, à la fin. Et c’est ça qui me manquera le plus.

Tes yeux dans les miens à y lire ces mots que je n’ai jamais osé te susurrer, et quand on parle de futur, on se le murmure; car il est clair désormais que la vie allait continuer sans toi. Malgré tout, malgré moi.

Et quand tu t’en es allé, quand tu t’es retourné prendre ton avion les yeux larmoyants, j’ai enfin compris que le point d’orgue auquel j’aspirais ne serais pas. 

Comme j’aurais voulu que tes bras soient la parenthèse dans laquelle je vivrais éternellement!

Alors, j’ai entendu quelque chose craquer en moi pendant que tu t’éloignais pour toujours. Une brèche s’est crée. Et seul Toi aurait pu la refermer.

Hélas, j’étais condamnée à être à moitié vide : tu t’en es allé, les yeux humides.

Une nouvelle vie, un nouveau stage, un nouveau pays où tu serais de passage, et puis tu reviendrais à ta routine, d’avant moi.

Un aller, sans retour. 

Ce fut malgré tout de beaux mois d’amour.

Auteur : Wessalle Momtaz

Artwork : Chiara Bautista

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s